Avec l’Âge du Bronze (2000-750 avant notre ère environ pour nos régions), la métallurgie connaît un essor sans précédent. L’or, l’argent et le cuivre étaient déjà travaillés, en particulier au Proche Orient, mais l’alliage de cuivre et d’étain permet aux hommes d’améliorer leur outillage ainsi que leur armement, et de produire de nombreuses parures. La société est marquée par ces changements. La poursuite de l’étain devient une préoccupation, et les échanges vont se développer à travers toute l’Europe.

 

Une hiérarchisation sociale transparaît nettement à travers l’étude des sépultures, par la quantité et la qualité du matériel qu’elles contiennent, attestant des différences de richesse entre les hommes, et de l’importance que l’on accordait à tel ou tel défunt.

 

Le travail du bois, l’agriculture et l’élevage, le tissage, la production de céramique, et bien entendu le travail du métal à travers de nombreuses formes (dinanderie, cuivrerie, orfèvrerie, tôlerie) sont parfaitement maitrisés. L’habitat présente des formes très diverses. Les villages peuvent être bâtis en hauteur, au bord des lacs ou des rivières, ou en plaine. Là se regroupent des éleveurs, agriculteurs, artisans et commerçants.

 

++++

 

Dernière période bien représentée à Muides, l’âge du Bronze final commence vers 1200 avant notre ère et se termine vers 750 avant notre ère environ. Cette époque fut souvent surnommée le « Bel âge du Bronze ».

 

La production métallifère semble extrêmement importante, de par la quantité de dépôts découverts contenant nombre d’armes, d’outils, de parures, ou d’objets du « quotidien » tels que chaudrons ou coupes.Mais l’importance de ces dépôts résulte peut-être plutôt d’une pénurie en métal que d’une réelle abondance, les hommes sacrifiant ce qu’ils possèdent de plus précieux dans l’espoir de retrouver une certaine prospérité.

 

Sur le site de Muides, seul le matériel céramique a été retrouvé. Le métal, de même que les ossements n’ont pas du tout été conservés. L’étude de cette céramique (Mercey, 1999) a permis de dater précisément l’occupation du Bronze final IIIb, dernière période du Bronze final avant l’âge du Fer. Cette étude a permis de mettre en évidence certains caractères originaux, en particulier en ce qui concerne le décor où la prédominance de certains décors spécifiques paraît surprenante, au regard de la faible présence de ce même type de décor dans des régions limitrophes.